2018, une année sans résolution

Cette année, je n’ai pas envie de prendre de résolution. Tout simplement parce que je ne les tiens jamais, que ce soit d’apprendre à faire du vélo et de me mettre au sport, de mieux manger ou encore de plus dessiner, de partager plus de choses avec vous. Mais la vérité, c’est que je suis pudique et ce n’est pas que je n’ai pas de motivation, mais je suis très longue à maturer mes idées. Je doute beaucoup et je change tout le temps d’avis. Mon style graphique n’est jamais pareil, j’aime beaucoup de choses et j’ai du mal à faire des choix. Mais ce n’est que quand je n’ai pas de contrainte, car dans ma vie professionnelle lorsqu’on me donne un projet j’avance très bien et rapidement. Je sais où je vais. Mais quand vous avez carte blanche, que c’est à vous-même de choisir ce que vous voulez et où vous voulez aller, c’est tout autre chose. Je commence beaucoup de choses sans les finir, par exemple je vous ai dit que j’avais illustré ma version du jeu du Loup-Garou. Cela fait plus d’un an que j’ai commencé, d’abord juste avec des croquis au crayon. Et ce n’est qu’en trouvant un but à ce projet au mois de novembre que j’ai réussi à le terminer. Mon but, c’était de l’offrir à mon beau-frère. Il me faut un vrai but pour aller au bout de mes projets et le plus souvent c’est d’en faire cadeau à quelqu’un. Il y a beaucoup de choses que je fais et que je ne partage pas, tout simplement parce que je n’y pense pas. Ma seule motivation c’est de faire plaisir. Et je ne prends parfois même pas de photos. Pour Noël, j’ai réalisé une broderie pour ma grand-mère. J’ai créé une décoration en papier découpé pour une petite princesse née cette année. Mais je me suis aussi mise à la couture, avec à mon actif deux sacs et trois tabliers. Ces derniers étant pour offrir également.

Je ne vous écris pas pour me plaindre mais pour vous expliquer mes difficultés à publier régulièrement. J’aime créer par envie et quand je commence quelque chose je déteste qu’il devienne une « corvée ». Alors s’il me faut deux ans pour faire quelque chose et bien je prends le temps. Mais je veux vraiment travailler là-dessus car je sais que je n’aurais pas toujours le temps de faire ce que je veux. En 2017, j’ai eu une année pour moi, sans contraintes professionnelles. Je n’essaie pas de me justifier mais je ne veux pas prendre de résolutions cette année car il arrive des événements dans une année, qui peuvent changer toute votre vie. En janvier 2017, j’étais au top. Je venais de déménager pour retrouver mon compagnon, un monde de freelance s’offrait à moi avec de nouveaux challenges et une vie quotidienne avec celui qui j’aime. Et j’allais devenir tata. Autant dire que j’étais la plus heureuse, que ma vie allait, selon mes attentes, devenir incroyable. Sauf que la vie en a décidé autrement. Ce que je vais vous écrire ici, c’est très personnel. Je me livre car j’en ai besoin et j’espère que vous comprendrez.

Le 9 février 2017, mon petit neveu Léandre est parti rejoindre les anges avant même que je n’ai pu le rencontrer. Je ne rentrerais pas dans les détails car il ne s’agit pas de mon enfant. Mais des histoires de génétique entre en compte et je suis moi-même dans l’attente de résultats génétiques. Il y a de ces blessures, de ces douleurs dont on ne se remet jamais vraiment. Il n’y a pas de mot pour décrire l’amour que l’on donne et que l’on a pour un être qui n’est pas encore né et que l’on ne rencontrera jamais. Tout ce que nous nous étions imaginé ma famille et moi-même a été bouleversé. Au lieu de vivre un grand bonheur, nous vivons chaque jour un cauchemar et nous sommes tous tellement impuissants face à la douleur de ma sœur et de son mari. La vie ne sera plus jamais pareille et il m’est impossible de vous écrire ces mots sans craquer. Car notre petit ange, Léandre, nous manque et nous manqueras tous les jours de notre vie. Alors l’année passée, il a fallu réapprendre à vivre sans lui et sans ce qu’aurait dû être notre vie. Et garder l’espoir, garder la tête haute pour ma sœur. Mais plus que jamais j’ai perdu toute motivation. Pourtant dans cette perte, j’ai compris qu’il fallait profiter de ceux qu’on aime, tant qu’ils sont là. De profiter de chaque instant et de faire plaisir d’offrir, d’apporter du bonheur aux autres. Cette année à été sombre et douloureuse et c’est toujours là. C’est pourquoi je vous partage une pétition pour insérer un mot dans le dictionnaire pour les parents qui ont perdus un enfant, devenu un ange. Elle n’est pas de moi, mais si vous comprenez et que vous avez trois minutes, signez-là.

2018, je l’espère sera l’année du renouveau et de grands changements. Mais je ne m’attends plus à rien, j’arrête de m’imaginer des choses, des scenariis qui n’arrivent jamais. Cette année, je la mise sous le signe de l’amour tout de même. Nous nous marions Monsieur Nuage sucré et moi et cet été nous déménageons pour le sud de la France. Nous espérons emménager dans une maison, nous aurons le soleil et la mer. Et de nouveaux projets plein la tête. Si vous me connaissez, vous savez comme j’adore les déménagements. J’ai hâte d’imaginer de nouvelles décorations et de nouveaux DIY. J’espère trouver un travail en agence car le freelance s’est imposé de lui-même en Bretagne mais le sud est plus actif au niveau du graphisme. Nous nous marions en juin et j’ai déjà imaginé énormément de choses pour la décoration. Nous avons la majorité de nos prestataires, tous d’ailleurs ou presque. Si cela vous tente, je partagerai avec vous mes réalisations, quelques photos et probablement une vidéo ou plusieurs des préparatifs et du jour J. Nous avons donc trois objectifs cette année : profiter de notre mariage, trouver une belle maison, y emménager et pour ma part, trouver un nouveau travail.

Alors je n’ai pas de résolution mais j’espère cette année vous partager un peu plus de moi, de mon travail personnel, à mon rythme. J’aime partager, vous faire découvrir des choses, ça ne me quitte jamais. Mais parfois je me dis que pour vivre heureux, il faut peut-être se détacher des réseaux sociaux, de la technologie et de garder mes créations pour moi. Et le lendemain je change d’avis. Elle n’est pas simple la société dans laquelle nous vivons. Mais quoi qu’il en soit, je vous souhaite le meilleur pour cette année comme toutes les autres à venir, sans résolution. Profitons de ce que nous avons et de ce que nous aurons. Je vous souhaite une vie remplie de joie, de rires et d’amour, indispensables au bonheur.

Mégane

2 thoughts on “2018, une année sans résolution

  1. Salut Megane. J’ai beaucoup aimé te lire. J’ai moi même eu une année bien compliquée. Une belle année comme la tienne qui s’annonçait bien, un travail, la quasi fin des études… mais voilà le 15 octobre, alors que je courais ma première course à pied, j’apprends le soir que le frère de ma copine, 33 ans, a subi une rupture d’anévrisme. 5 jours plus tard, c’était fini. C’est très dur à vivre, alors même que j’avais déjà perdu un ami d’enfance à 16 ans, on ne s’habitue jamais. On voit la vie en noir, encore aujourd’hui je me dis que de toute façon, je suis amené à vivre de plus en plus de catastrophes dans ce genre. Un mois après je disais adieu à mon chien d’enfance, mort lui aussi trop tôt, encore un déchirement. J’espère que ça n’en te paraîtra pas trop futile …
    Voir quelqu’un d’autre parler de ce genre de choses ça fait du bien. On se dit qu’on est pas seul à voir ce genre de choses. J’espère qu’en me lisant tu Iras un peu mieux.
    Ps Je n’ai pas de mot à te proposer, je n’arrive pas à imaginer ce que cela peut être, quand je vois la mère de ma copine aussi mal

    1. Je suis boulversée par ton message Logan. Et vraiment désolé pour ton beau-frère et ton ami, partis si jeunes. La vie est si cruelle parfois, j’espère que le temps apaisera vos esprits mais elle n’effacera pas la douleur et cette cicatrice. Et non, je ne trouve pas cela futile pour ton chien d’enfance, car nos animaux sont des membres à part entière d’une famille. Ils sont là chaque jour, dans chaque moment pour pendant des années ils nous apportent amour, bonheur, joie et réconfort à leur manière. Je souhaite que 2018 t’apporte aussi l’espoir à nouveau, de croire en la vie et ce qu’elle peut apporter. Ce qu’elle nous reprend est souvent brutal, injuste, ce sont des pertes dont on ne se remet jamais. Mais j’essaie de me dire, que le jour où nous partirons nous retrouverons ces anges pour toujours, en attendant ils veillent sur nous et nous souhaite le meilleur à venir…

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *